Nos actualités

Engagé !

Le mot est à la mode. Combien de publicités soulignent l’engagement ! Une grande entreprise est engagée ; l’épargne est engagée ; la nourriture même est engagée ! Comprendre « engagé pour sauver la planète ». Il y a quelques années, « engagé » signifiait être à gauche politiquement. Aujourd’hui, la pensée unique impose que tout un chacun – au sens de l’individu comme de l’entreprise - soit « engagé » quel que soit la couleur politique.

Cela me pose deux questions. D’abord, l’engagement ne devrait concerner que des individus (comment une chose pourrait-elle être engagée ?). Ensuite, le vecteur d’engagement semble être unanimement imposé. Or, on ne peut tout-de-même pas nier que Mère Thérésa ou Mendela étaient engagés, par exemple.

Ce rétrécissement de la définition et de son sous-jacent masque en fait un manque d’engagement au premier niveau du comportement. Un peu comme si la seule benevolence autorisait, comme un élément absorbant, à ignorer la base de l’engagement individuel. Je constate au travers des missions que nous menons chez nos clients une sorte de ïatus entre le comportement de base et le discours. En effet, l’engagement sur un projet passe par un travail collégial où le premier élément de succès est le respect de l’autre. Or, les respects minimums attendus tels que respect des horaires, des délais ou encore respect de la clarté d’un compte rendu, d’un appel d’offres n’y sont pas. Sans compter parfois la faiblesse de la participation, des propositions ou des critiques, au nom d’une prétendue tolérance. On peut mettre ces imperfections sur le dos du manque de responsabilisation par le management ou du manque d’une bonne animation d’équipes.

Je pense plutôt qu’il faille retrouver le premier engagement de chacun, qui rend légitime tout autre type d’engagement, à savoir celui de faire toujours plus exigeant sur soi-même, sur son apport aux autres, sur sa capacité d’échange avec autrui. Le meilleur socle d’un projet mais surtout le meilleur socle pour faire qu’ensemble nous puissions s’autoriser d’autres engagements.

Articles recommandés

Avec le digital, on consomme plus de papier ! Lire plus
« Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde. » Lire plus
Bonne année ! Lire plus
Top