Nos actualités

Le goût d’apprendre

On sait déjà qu’un avis n’a pas de pertinence s’il n’est pas légitime. C’est-à-dire qu’un avis ne compte que s’il est étayé par un argumentaire appuyé de ses enjeux. Bref, un avis n’est pertinent que s’il est justifié par la connaissance, le savoir et/ou l’expérience vécue.

Or, ce savoir, cette connaissance n’est pas souvent au rendez-vous des avis, qui s’appuient sur des émotions, sur des réactions pavloviennes ambiantes. Il convient donc de réhabiliter le savoir et réhabiliter les faits au détriment de l’émotion.

Mais comment faire ? Et c’est vrai qu’il est difficile de transmettre le goût d’apprendre.

Un monde blasé, sans plus aucun besoin, avec une sécurité autant militaire que sanitaire, un monde sans Dieu – au moins officiellement - ne laisse guère de place à l’envie ; parce que l’envie s’appuie autant sur le besoin que sur la curiosité. La fin des besoins a emporté la curiosité. On va donc chercher dans les paradis artificiels une sorte de dépassement, d’extase ou tout simplement de joie et de gaieté.

Pourtant, il faut juste sauver la curiosité, celle-là même qui va nous mettre en déséquilibre pour nous étonner, nous surprendre voire nous contredire. Pourquoi nos émotions ne seraient-elles pas battues en brèche par un monde inconnu de nous ? Pourquoi la découverte d’une connaissance auparavant ignorée ne remplacerait-elle pas les paradis artificiels ?

Le goût d’apprendre

Un peu conceptuel, me direz-vous. Peut-être. Mais plongez-vous dans les verbes italiens et leur conjugaison et vous verrez la beauté et la difficulté de cette langue ! Apprenez la vie des éléphants et leur comportement à l’égard des plus vieux et vous découvrirez une sociologie animale incroyable ! Observez ces images qui nous arrivent du fond du ciel (en vérité par si loin que cela au regard de l’univers) et essayez de comprendre l’espace-temps cher à Einstein en constatant qu’il y a des trucs compliqués dans la vie…

Bref, osons nous mettre en déséquilibre pour nous étonner de notre propre vie sur Terre. Osons découvrir ce qui ne nous intéresse pas. Osons apprendre et gardons-en le goût !

Articles recommandés

Avec le digital, on consomme plus de papier ! Lire plus
« Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde. » Lire plus
Bonne année ! Lire plus
Top